OBSOLESCENCE POP

Dégageant les principaux enjeux et résultats du premier commissariat en résidence, cette publication entoure le travail et l’expérience de résidence des cinq (5) artistes (Mégane Voghell, Grégory C. Brunet, Gabriel Fortin, Sophie Latouche, Myriam Jacob Allard) reçus au LOBE sous la thématique Obsolescence pop entre 2015 et 2017. Une prestigieuse publication éditée en 200 copies, dans un format 8,5 X 11 avec couverture souple, format qui rejoint un médium populaire et accessible, médium de l'instantanéité et de l'abondance de l'image : le magazine; totalement en lien avec la thématique de notre commissaire. La commissaire Tremblay assume l’entièreté de l'écriture des textes, à l'exception de la préface qui est signée par l’auteur Grégory Chatonsky, théoricien et artiste majeur de la scène contemporaine actuelle dont les écrits sur le post-internet et l'art contemporain rejoints de près la thématique obsolescence pop. Il est difficile de traduire ou reconstituer fidèlement par l'écriture le processus sensible de création d'un artiste. Pour évoquer son expérience avec les cinq artistes, cette fois-ci, la commissaire fait le choix d'un travail d'observation approfondi et d'une cueillette constante d'informations -  par la prise de note régulière - voire "obsessive" - , par la capture d'écran, par la correspondance virtuelle, par des entretiens écrits, des commentaires et par des prises de vue documentaires sur le processus de création de chaque artiste.  Enrichit de textes tout à la fois personnels et d'autres à saveur plus critique et théorique. La commissaire propose ici une rédaction indissociable de l'image, presque de type photo-roman. Au-delà du catalogue d'exposition, elle crée un langage post-internet se faisant sentir dans la mise en page et dans le choix du support.

Thématique Obsolescence Pop

Autour du titre obsolescence pop, la commissaire en résidence Stéfanie Requin Tremblay, propose comme recherche sur deux ans, la place qu’occupe la création des artistes d’aujourd’hui à l’ère de l’Internet-roi. En quoi internet influence notre rapport à la nostalgie et en quoi tout ça influence les pratiques créatrices des artistes marqué par l’époque actuelle, l’époque du numérique et des médias sociaux. Alors que Google surmultiplie l’image, alors que Facebook distortionne l’identité de cette même image ? Quels sont les enjeux de pratiques artistiques qui précisément interrogent l’imagerie collective ? Quelle poésie se dégage de ces esthétiques récupérées en loop? Aussi, il semble qu’une douce angoisse refasse surface chez certains artistes, inquiétude qui concerne le temps qui passe et la perte des repères associés à leur jeunesse, fondateurs de leur identité. C’est pourquoi je fais appel aux artistes, qui incluent, à leur manière, des éléments d’un environnement pop mais caractérisés par une certaine pérennité. Éléments qui une fois projetés dans leurs œuvres, évoquent un autre temps, en partie fantasmé, en partie perdue, mais essentiel à leur poétique personnel.

CAD $25 - Papier CAD $20 - PDF