STÉFANIE REQUIN TREMBLAY

commissaire en résidence

Tout se passe comme si on voyait pour la première fois le potentiel d’une époque passée, comme s’il avait fallu attendre des décennies pour que les années 80 et 90 arrivent à maturité et nous apparaissent paradoxalement comme un moment qui n’a pas eu lieu, mais qui aurait pu avoir lieu. La production du nouveau (l’innovation technologique) semble alors terriblement ancienne.

Gregory Chatonsky, 2015
Post-Internet : époque, onthologie et stylistique

IMG_0622

OBSOLESCENCE POP
projet de commissariat en résidence
par l’artiste Stéfanie Requin Tremblay

Depuis l’automne 2015 et jusqu’en juin prochain, autour du titre Obsolescence pop, la commissaire en résidence Stéfanie Requin Tremblay expose le travail de cinq artistes qui interrogent l’influence d’internet et de la culture populaire sur la création contemporaine. En quoi internet influence notre rapport à la nostalgie et en quoi tout ça influence les pratiques créatrices des artistes marqué par l’époque actuelle, l’époque du numérique et des médias sociaux. Alors que Google surmultiplie l’image, alors que Facebook distortionne l’identité de cette même image ? Quels sont les enjeux de pratiques artistiques qui précisément interrogent l’imagerie collective ? Quelle poésie se dégage de ces esthétiques récupérées en loop?

Aussi, il semble qu’une douce angoisse refasse surface chez certains artistes, inquiétude qui concerne le temps qui passe et la perte des repères associés à leur jeunesse, fondateurs de leur identité. C’est pourquoi je fais appel aux artistes, qui incluent, à leur manière, des éléments d’un environnement pop mais caractérisés par une certaine perrénité. Éléments qui une fois projetés dans leurs oeuvres, évoquent un autre temps, en partie fantasmé, en partie perdue, mais essentiel à leur poétique personnel.

Les artistes Mégane Voghell, Gregory C. Brunet, Gabriel Fortin, Sophie Latouche et Myriam Jacob Allard, chacun investis dans des projets solos, se prêteront au jeu de la résidence en formant la programmation régulière du Lobe jusqu’en juin 2017. Une publication sera lancée à l’automne 2017, relatant l’expérience de résidence de chacun ainsi que les réflexions des artistes et de la commissaire autour d’Obsolescence pop.

*

Native de Jonquière, Stéfanie Requin Tremblay vit et travaille à Québec. Titulaire d’une maîtrise en arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi (2009), elle a présenté ses travaux au Québec dans le cadre d’expositions individuelles et collectives, entre autres au Lobe (Saguenay, 2007), à Espace Virtuel (Saguenay, 2008), à la Galerie de l’Oeuvre de l’Autre (Saguenay, 2011), au Centre Sagamie (Alma, 2011), au Centre Bang (Québec, 2008) et à VU (Québec, 2015). Stéfanie a également participé à des événements artistiques et des résidences de création au Québec, notamment avec Folie/Culture (Québec, Saguenay, 2014) et le centre DARE- DARE (Montréal, 2016).

Depuis quelques années, Stéfanie puise ses inspirations graphiques et littéraires dans la culture Internet. Utilisant son fil d’actualité comme moteur de création, elle combine, en une esthétique minimale et punk, textes poétiques et images incisives. En sortant de l’ordinateur, ses oeuvres prennent diverses formes imprimées – photographies, collages, livres d’artistes, fanzines, photoromans, etc – et viennent nourrir un univers intime, violent, féminin, obsédé par les thématiques de l’anxiété, de l’hygiène, du karaoké et de l’administration, le tout enrobé de pop teinté de l’imagerie des années 1980-90-2000.
www.stefanierequintremblay.com

Comments

comments

Comments are closed.