SOPHIE LATOUCHE

Résidence du 13 février au 10 mars 2017 |
Exposition 10 mars au 31 mars 2017 |

VERNISSAGE 10 mars 2017 |

Le Lobe est fier de présenter POSTURE, première résidence d’exposition solo de l’artiste montréalaise Sophie Latouche dans le cadre de la programmation Obsolescence pop, commissariée par Stéfanie Requin Tremblay. Le Lobe invite le public au vernissage le 10 mars à 17h00. L’exposition sera en salle du 10 au 31 mars.

L’exposition POSTURE retrace les gestes et les symboles des esthétiques du «selfie» et de la mise en scène de soi féminine, diffusée en abondance sur le web. En questionnant la notion de sincérité et la simplicité des outils numériques, Sophie partage un regard personnel sur ces identités hybrides inhérentes à la vie en réseau, autant construites physiquemement que en ligne. Maintenant, quelle valeur assigner à cette identité créative toujours menacée par l’instabilité des médias sociaux, parfois obsolète dès sa mise en ligne?

POSTURE, c’est une série de collages numériques, de dessins, de 3D, de vidéos inspirés ou réalisés à partir de réappropriations d’images web que l’artiste combine avec humour et ironie. Les poses chorégraphiées par les dispositifs numériques prennent forme d’abord sur les plateformes web avant d’être transposées dans l’espace physique de la salle d’exposition, un espace où il n’est plus nécessaire de définir une limite entre ce qui est réel et virtuel. Dans POSTURE, Sophie questionne et met en scène la dualité entre le vrai et le faux. Dans le cadre de ce renversement des « réalités » peut-on devenir l’artiste de sa vie ?

Chose certaine, le web et les nouvelles interfaces numériques poussent les utilisateurs à se créer une image et un design, et de ce fait, à repenser leur manière de se présenter au reste du monde. Une nouvelle forme de langage, comme l’affirme Daphné B. en parlant du «selfie», «signalant le corps de celui ou celle qui prend la photo (bras tendu, cou penché, etc.), établit et maintient la connexion entre plusieurs corps géographiquement éloignés, mais engagés dans une interaction sociale commune». Ce sont ces identités transformées par les interfaces numériques qui influencent notre manière de nous présenter dans la vie physique, de « désigner » notre corps, nos gestes, nos activité, nos interactions.

1-Daphné B, Le selfie, 2015, en ligne
http://magazine-spirale.com/article-dune-publication/le-selfie

BIO

Sophie Latouche est née à Québec en 1990. Elle est diplômée depuis 2014 d’un BAC en Intermedia/Cyberarts de l’Université Concordia à Montréal. À l’été 2016, elle cofonde l’espace de diffusion d’art en ligne Galerie Galerie où elle y travaille comme coordonnatrice et co-commissaire (www.galeriegalerieweb.com). Elle a complété un DESS en gestion d’organismes culturels au HEC. Son travail a été présenté dans diverses projections, expositions et publications: Pixel et poussière (Language plus, 2016), Demolden, vidéo projettée (Espagne, 2016), projection GIF (Musée d’art contemporain des Laurentides, Rendez-vous de la vidéo poésie (Patro Vys, 2016), Dérapage 16 (cinémathèque québécoise, 2016), FELTZINE (2016), Filles Missiles (2016).

Sophie Latouche est la quatrième artiste à faire une résidence dans le cadre de la programmation de notre commissaire Stéfanie Requin Tremblay. Stéfanie prépare actuellement une publication ayant pour titre Obsolescence pop, mettant de l’avant le travail de cinq jeunes artistes québecois qui interrogent l’influence d’internet et de la culture populaire sur la création contemporaine.

Pour plus d’infos:

http://oksophielatouche.tumblr.com

http://newhive.com/ssoopphhiiee /

https://vimeo.com/sophielatouche

http://oksophielatouche.tumblr.com/

Comments

comments

Comments are closed.