MYRIAM JACOB-ALLARD

Résidence du 17 avril au 12 mai 2017 |
Exposition 12 mai au 2 juin 2017 |

VERNISSAGE 12 mai 2017 |

lelobe_myriamjacoballard_mamans_ne_ten_fais_pas

Myriam Jacob-Allard est originaire d’Abitibi-Témiscamingue et vit à Montréal. Elle travaille avec les différentes facettes de la culture populaire, qu’elle explore par le biais de la performance, la vidéo, le bricolage et l’installation. Elle s’intéresse aux mythes et à représentations issues de l’iconographie de la culture country western, en les personnifiant ou en les amplifiant, elle tente de les renouveler et de questionner les modèles qu’ils engendrent. En utilisant des témoignages et l’imagerie populaire issus de cette culture musicale, ses recherches tentent d’ouvrir un espace de réflexion sur les limites subtiles entre imaginaire collectif et diverses réalités quotidiennes.

J’ai un amour qui ne veut pas mourir, c’est ce que chantait Renée Martel dans les années 70. Aujourd’hui, Myriam Jacob-Allard décline cet air connu en diverses variations poétiques. Dans sa suite de projections et vidéos, le texte de la chanson est mis de l’avant. Sous des amas de chevelures blondes, de franges et de costume rouge passion, la présence physique de la chanteuse s’efface pour laisser place au texte et à la parole. Rendant une sorte d’hommage au vidéoclip, dans un décor épuré des années passées, des lèvres chuchotent une musique qui ne meurt jamais dans le coeur de ses fans. Cet amour qui ne veut pas mourir, c’est l’amour incessant de l’artiste pour la musique. L’exposition élève le contraste et l’ambiguité entre l’entrain des airs de country et les paroles qui recèlent parfois des noirceurs cachées. Ne pas mourir est bricolée de low-fi et de simplicité. Myriam rechante en boucle cette chanson comme un baume, une promesse d’amour éternel. Amour de la musique.

Myriam est la cinquième artiste à faire une résidence dans le cadre de la programmation de notre commissaire Stéfanie Requin Tremblay. Stéfanie finalise actuellement une publication ayant pour titre Obsolescence pop, mettant de l’avant le travail de cinq jeunes artistes québecois qui interrogent l’influence d’internet et de la culture populaire sur la création contemporaine.
www.myriamjacoballard.com
 

Comments

comments

Comments are closed.