LOBESCÈNE

C’est l’artiste Robert Filou qui, d’une simple invocation créa en 1963 la Fête de l’art, décrétant que le 17 janvier serait le jour officiel idéal pour célébrer un tel évènement. Puisque les rassemblements festifs sont une des facettes les plus saillantes du LOBE, les programmations dignes d’un anniversaire qui y sont présentées chaque année défient l’imagination et sont très courues.

Depuis quelques années, que ce soit à l’occasion de la Fête de l’art, d’activités ponctuelles ou lors d’évènements bénéfices, le LOBE initie sous la bannière LOBESCÈNE des soirées artistiques, électrisantes et originales.

À ces occasions on peut admirer de nombreux artistes œuvrant en équilibre sur cette fine frontière séparant les arts visuels des arts de la scène, des artistes n’ayant pas froid aux yeux, tous prêts à tonifier l’énergie des fêtards, prêts à les entrainer jusqu’au bout de la nuit et de l’extravagance. Les pratiques qu’on y retrouve oscillent entre la musique, la performance, les nouveaux médias, ou bien entre la claquette, le chant insolite, la boucane, la lumière nouveau genre et bien d’autres encore plus inénarrables.

Fenêtre sur des tendances n’ayant pas ou peu d’espace de diffusion, les expérimentations LOBSCÈNE reposent sur un souhait à peine caché que ces activités débouchent sur une hystérie collective.

Au final, ce qui est attendu des artistes, c’est qu’ils se commettent et se donnent littéralement en spectacle. Parce que la mission première de LOBSCÈNE est de donner l’occasion à ceux qui ont soif de nouveautés d’apprécier des nouvelles tendances en art et de les voir se déployer sous forme de savoureuses expérimentations multi-sensorielles.

Comments are closed.