HISTORIQUE

En 1993, animés par le désir de diffuser dans un contexte de production, les artistes de l’atelier L’Oreille coupée fondent le LOBE. À cette époque, c’est un sous-espace de 200 pieds carrés prélevé à même la zone de travail que se partagent ces artistes (Marie-Josée Beaubien, Édith Bergeron, Carl Bouchard, Claudine Cotton, Patrice Duchesne, Madeleine Doré et Gérald Ouellet). Pendant les cinq premières années du LOBE, les activités sont entièrement gérées, supportées et financées par les artistes de l’atelier.

Convivial, le LOBE des premiers jours devient rapidement un lieu de diffusion réputé pour son accueil et la singularité des projets exposés. Des pratiques émergentes sous-représentées, voire d’avant-garde trouvent leur place. Au cœur d’un atelier de création, il devient un lieu d’échanges inédits incitant au risque, au décloisonnement des pratiques et à l’innovation. Ces assises fondatrices imprègnent toujours le LOBE.

À partir de 1996, année de son adhésion au Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ), le LOBE se concentre résolument sur la diffusion de projets créés en résidence. Cette orientation névralgique en fit l’un des premiers centres d’artistes québécois doté de cette particularité. Malgré le fait qu’entre ses murs cette pratique soit florissante, il est encore aujourd’hui l’un des rares lieux au Québec réservant l’ensemble de sa programmation régulière à soutenir et à diffuser des œuvres produites en résidences. Il est dans ses objectifs actuels de participer activement à l’évolution et à l’inscription de cette approche.

Depuis 1997, le LOBE a déménagé et s’est agrandi, mais loge encore et toujours au sein d’un milieu dynamique de création. Il cohabite avec le centre de production en art actuel TOUTTOUT, regroupement autogéré comprenant 17 ateliers, une menuiserie, une salle polyvalente, un local d’impression, plus de 25 artistes de toutes disciplines, une dizaine de travailleurs culturels et 2 autres organismes professionnels (musique actuelle/ art audio, festival de courts métrages). La cohabitation avec un si grand nombre d’artistes et de services offre un contexte de création et de rencontres inestimables pour les artistes reçus au LOBE.

À partir de 1999, le LOBE est soutenu au fonctionnement par le Conseil des Arts et des Lettres du Québec et en 2004, il est admis au fonctionnement pluriannuel. En 2006, avec la fondation du Conseil des arts de Saguenay, le LOBE obtient une nouvelle source de financement récurrente. Cette même année, le LOBE raffine ses orientations et appels de dossiers. C’est là que naissent les termes contre-pratiques, projets casse-gueule et autres néologismes invitant au risque et au défi artistique prôné par le centre.

La qualité et la générosité des artistes reçus marquent continuellement la programmation du LOBE qui a accueilli plus d’une centaine d’artistes provenant de toutes les générations, disciplines et métissages de l’art actuel. Le LOBE, attentif aux artistes émergents, réserve depuis 2006, une longue résidence estivale (trois mois) permettant le développement d’un projet ambitieux et depuis 2008, l’espace PLATEFORME : espace, intérieur et extérieur, situé dans le hall du centre de production en art actuel TOUTTOUT.

En 2015, dans une perspective de développement organisationnel et de gestion, les membres du conseil d’administration ont opté pour une direction générale. Cette dernière donne au centre un pouvoir efficient d’avancement et favorise une saine gestion.

De plus, en écho avec l’évolution des dernières années transcendant la scène de l’art actuel au Québec et à l’international, le LOBE met en place un projet de restructuration organisationnelle et de développement artistique assurant le perfectionnement et l’épanouissement du centre. Devenant un véritable laboratoire de recherche-création, un nouveau modèle de gestion inédit dans le milieu des centres d’artistes, le LOBE insère au sein même de sa structure de gestion un nouveau projet de résidence. D’une durée de deux ans et s’adressant à des commissaires artistes et commissaires théoriciens, cette résidence favorise la recherche théorique sur des thématiques actuelles spécifiques, ainsi que l’expérimentation au niveau de l’édition. Cette résidence basée sur les échanges de savoirs nourrit le centre, les commissaires, autant que les pratiques et les réflexions des artistes reçus tout au long de notre programmation.

Depuis 1993, le LOBE approfondit et renouvelle son expertise au niveau des résidences, expertise qui a caractérisé les activités d’expérimentation issues de processus de création reliés à la pratique en résidence. C’est l’une des raisons principales pour lesquelles le LOBE continue à être une référence dans le milieu de l’art au Québec.

2 Responses to HISTORIQUE

  1. Emma Nation says:

    Salut!!
    Je suis super enthousiasme à l’idée de résidé chez LeLobe, de part l’environnement chaleureux des petites contrées du Québec, de part l’ouverture au défi et à la contre-culture actuelle ainsi qu’une passion partagé pour l’art et la vie communautaire.

    J’aimerais avoir plus d’infos, comment souscrire?
    J’aimerais bien emménagée en Septembre cette année!!!
    Quels coûts devrais-je débourser etc.
    Y a-til des critères particuliers?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *